De l'effacement à l'intime - Carnet d'artiste.
45 histoires au féminin - 48 pages 17 x 25 - feutre et stylo

Ce catalogue de mode renvoyait, à travers ses icônes de papier glacé, une apparence de la réalité lisse mais fallacieuse.
 
Pour faire apparaître, révéler le réel au-delà de l’apparence, rechercher l’intriguant du corps et de l’être, il faut traverser cette surface, gratter, creuser, effacer.
Nettoyer l’espace à la recherche de la page blanche (non pas comme un vide mais comme un espace où la création redevient possible), conserver quelques éléments signifiants –mains, jambes, fragments – et aller à  la rencontre de cet « espace vide » cher à Peter Brook.
« Nous devons prouver qu’il n’y a aucune tricherie, qu’il n’y a rien de caché. Nous devons ouvrir nos mains nues et faire voir que nous n’avons rien dans nos manches. Alors, nous pouvons commencer. »
 
J'investis  alors ces espaces, vais à la rencontre de l’histoire qu’esquissent ces fragments, les relie, en joue, utilise leurs silences, interprète leur partition. Je me laisse guider par ma sensibilité à la rencontre d’un état d’âme, d’une pensée émotionnelle et livre à travers ces pages autant d’histoires singulières, féminines, intimes, minimalistes, empreintes de mystère et de poésie.